Presse

« Laure Favre-Kahn renoue avec ses premières amours et Robert Schumann y occupe une place d’honneur. [Elle] nous plonge à la fois dans la délicatesse et la virtuosité technique. »

« Les traits conquérants du piano de Laure Favre Kahn »

« Une représentante parfaite de l’école française de piano »

« Un itinéraire musical comme un chemin à la fois initiatique et spirituel… »


Presse autour de Vers la Flamme

5 Diapasons « Le plaisir que procure l’écoute de ce programme tient beaucoup au caractère indomptable des lectures de Laure Favre-Kahn… L’inflation progressive du son, merveilleusement calculée, emporte tout de suite l’adhésion… Par l’acuité et la versatilité de son jeu, elle donne au programme une cohérence inespérée »

4 étoiles « La pianiste joue pleinement du frémissement délicat de ces pages avec des couleurs pleines et sans aucune rudesse. »


Presse autour de Chopin… Confidences

« Un pur moment d’émotion avec spectacle fascinant et enivrant(…) Ce n’est pas un simple récital auquel le public a assisté mais un spectacle qui l’a transporté dans l’histoire et la vie de Chopin. »

« Laissez-vous bercer dans un univers de rêves délicats et de nostalgie musicale…Comme deux amoureux de Chopin, ils vous offrent une sorte de concert-lecture et le narrateur fait passer de sa voix chaude toute la mélancolie et la vie romanesque du virtuose. »

 » Laure Favre-Kahn évoque Chopin au piano avec la voix de Charles Berling incarnant le musicien par sa correspondance. Emouvant. Les propos sont un mélange d’humour, de gravité, de tendresse et d’expression d’une vraie douleur. Spectacle!magnifique, «Chopin…Confidences» se termine sur une interpretation poignante de la «Marche funèbre» extraite de la 2ème sonate. Chair de poule garantie! « 

« Un portrait musical intime et passionné… Laure Favre-Kahn est assise à son piano éclairée d’une bougie, derrière un immense tulle sur lequel sont projetées des images, portraits de Chopin et gravures des lieux qu’il a connus… Laure Favre-Kahn joue à merveille mazurkas, préludes et autres nocturnes. Pour chaque morceau, l’ambiance change, et leur interprétation relève de ce qui semble être une exploration, un combat, un numéro d’équilibriste. On voit bien comment la musique de Chopin exprime la colère, la mélancolie, la joie… qui l’étreignent au fil des différents épisodes de sa vie. »

« Laure Favre-Kahn est à la genèse du projet et au piano, joue Chopin avec une once de verve quand Charles Berling vient lire superbement des fragments de correspondances du musiciens franco-polonais. »